Rigueur et Méthode

Mesurer le climat social, l’engagement, la satisfaction des collaborateurs n’est pas chose aisée. Dans les années 90 ont commencé à apparaître les premiers baromètres sociaux reposant sur des enquêtes au sein des grandes entreprises françaises (enquêtes réalisées généralement sur la base d’échantillons stratifiés). De manière évidente, garantir la justesse des décisions et des actions qui en découlent nécessite Rigueur et Méthode dans l’élaboration des outils et dans leur utilisation.

Rigueur des outils

Depuis les premiers baromètres, de nombreux travaux de recherche et de recherche appliquées ont visé à améliorer la qualité de la mesure tout en garantissant aux répondants confidentialité et liberté de parole.

Indicateurs du climat social 02J

Les indicateurs o2j

Rigueur car, dans un premier temps, les champs de la mesure ont évolué, et couvrant des préoccupations en phase avec les questionnements des entreprises qui désirent mieux comprendre l’évolution de leur environnement social et de l’évolution du « contrat » de travail et du rapport au travail (contrat pris dans le sens de ce qui lie deux parties avec des logiques de contributions/rétribution).

L’une des avancées les plus marquante est l’approche des irritants sociaux, avancée par Hubert LANDIER dans « Le Management du Risque Social » (Hubert LANDIER, Éditions d’Organisation : Extrait) et la validation du référentiel des irritants sociaux dans le cadre de différents travaux de recherche présentés dans différentes sociétés savantes (AGRH, IAS, CNRS).


Mettre en œuvre des méthodes adaptées

Méthode car, dans un second temps et avec la généralisation de l’accès aux technologies toute l’intermédiation entre les collaborateurs, managers et les acteurs de la gestion sociale de l’entreprise (professionnels RH, Équipe Dirigeante, … ) s’est trouvée modifiée. Permettant par la même occasion de travailler non plus sur des panels mais de consulter l’ensemble des collaborateurs apportant ainsi d’apporter une information sur le point de vus des salariés sur la base des thèmes jugés utiles par la direction, d’évaluer les performances de l’organisation sur la base d’un référentiel social et sociétal extérieur à la problématique de l’entreprise (benchmarking) et en définitive d’évaluer à partir du jugement des Dirigeants et des salariés, les marges latentes de productivité liées à la qualité du management humain de l’organisation.

Les méthodes et outils d’o2j sous le regard des experts nationaux et internationaux

La plateforme o2j est l’aboutissement et la synthèse de ces évolutions. Pour vous garantir cette rigueur et la justesse de nos méthodes et refusant les pratiques de « boite noire » nous avons décidé de soumettre à la critique de nombreux experts et chercheurs les modèles d’o2j et sommes en permanence à l’écoute de nos clients. Dans ce cadre Thomas GADENNE, François GEUZE et Hubert LANDIER ont présenté lors de l’Université d’été de l’IAS de Dijon (Aout 2012) une communication sur le thème de « L’impact des TIC sur les pratiques de l’Audit Social » ayant pour support les travaux les plus récents d’o2j.

Auteur: François Geuze